samedi 27 février 2016

Tunnelisation de Bruxelles

Tunnel fermé. On a marché sur la tête pendant des années. © 7 sur 7

Nous sommes nombreux à avoir vu, impuissants, s’élargir le grand trou noir dans lequel Bruxelles vient de tomber, aspirée par le manque de vue à long terme, par l’incapacité d’anticiper au-delà de l’année qui précède la prochaine échéance électorale, par le temps passé à se battre à propos de questions linguistiques, sans intérêt, par la multiplication des niveaux de pouvoir et donc des dettes afférentes, devenues le corolaire indissociable de toute forme de pouvoir politique.

Je tire la sonnette d’alarme depuis quatre ans à propos du Musée des Beaux-Arts de Bruxelles, du Cinquantenaire, du Musée d’Art Moderne, du Musée de l’Armée et de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique dont l’état de dénuement, le désintérêt politique et les tentations linguistiques constituent une menace sérieuse de tunnelisation.

Il n’y a en effet aucune raison qu’ils soient mieux traités (le risque est même supérieur) que le viaduc du boulevard Reyers, en cours de démolition faute d’avoir été entretenu ; que certains hôpitaux très fatigués, le Palais de Justice de Bruxelles (et tant d’autres), rustiné depuis des décennies, des prisons pourries, des routes trouées, le Conservatoire Royal en lambeaux, des écoles semblant abandonnées ou la totalité des tunnels de Bruxelles en tellement mauvais état qu’ils ferment les uns derrière les autres ou sont menacés de l’être du jour au lendemain.
Où est passé l’argent ? Tunnelisé lui aussi ?

Tunnelisation : n. f. (fr. contraction de tunnel et de bruxellisation, 2016) 1. indifférence et manque total de soin, de sens ou d'application dans l'exercice d'une fonction ou dans l'exécution d'une tâche conduisant à terme à une dévalorisation, destruction, démolition. Verbe : tunneliser. Synonyme : incurie (latin incuria, avec un sens proche, 1611, incuriosité, 1553, incurieux, 1535), abandon, défaut de soin, ignorance, insouciance, laisser-aller, légèreté, mollesse, négligence. Antonyme : attention, compétence, soin, souci. « Incurie coupable, dangereuse incurie, incurie administrative, gouvernementale (tous bords confondus), professionnelle ; vivre dans l'incurie ». Cit. Il y en a qui ne trouvent leur repos que dans une incurie de toutes choses (Bossuet, Pensées détachées, I). 2. n. f. en usage dans l'informatique, la médecine et la psychologie (autres acceptions).

Bossuet (1627-1704) le soulignait déjà, le problème n’est donc pas neuf, c’est encore plus inquiétant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire