lundi 24 juin 2019

Comment revitaliser efficacement les musées fédéraux belges et les ESF en général

« Prescription médicale » à l’usage des femmes et hommes politiques belges.

Le Cinquantenaire - L'IRPA - Les Beaux-Arts (gw).

Plusieurs articles ont tiré la sonnette d’alarme depuis une ou deux éternités[1]. Mon objectif n’est pas d’en ajouter un xième, mais de les résumer à l’usage des informateurs et formateurs du prochain gouvernement fédéral, et qui sait, de la ou du prochain Ministre en charge de la Recherche et des Institutions Scientifiques Fédérales[2].
Rien n’empêche bien évidement les différentes entités de s’en inspirer chacune à leur niveau. J



Les Beaux-Arts (gw).

Le Livre blanc des musées publié en 2002 n’a pas eu l’effet à long terme escompté et les décisions, ou absences de décisions, des dernières législatures ont encore aggravé la situation, compromettant cette fois la survie des musées et des ESF.
Vous me citerez probablement quelques beaux exemples pertinents. Certes, mais aucun ne repose sur le long terme, donc sur un véritable projet pour ces institutions, et tous dépendent de la personnalité à la tête de ces maisons, ad interim pour la plupart.

La nouvelle entrée de l'Africa Museum et le bâtiment historique (gw).

Inutile aussi de citer le merveilleux Africa Museum comme un exemple de survie exemplaire. Sa renaissance repose sur un projet dont les prolégomènes remontent à une petite quinzaine d’années et sur un directeur déterminé, diplomate, visionnaire, qui sait parfaitement ce qu’est un musée aujourd’hui et quelle est sa place dans la société (j'envisage uniquement le plan muséologique, administratif et budgétaire, laissant à plus spécialisés que moi le soin d’aborder l’impact muséographique de la question « post-décolonisation », qui me semble équilibrée. Mais c’est une autre question).

Je renvoie à La Science belge au régime de Christian Du Brulle (dont j’ai extrait quelques chiffres), pour une analyse synthétique de la situation des dix ESF et de leurs besoins. Pour ma part je m’attache uniquement aux préconisations essentielles utiles aux musées, résumées en quelques lignes succinctes à la façon d’une prescription médicale.
Elles pourraient certainement être étendues à l’ensemble des ESF, mais je ne les connais pas suffisamment tous pour l’affirmer avec conviction.


Liste des dix ESF (pour mémoire)
Les 10 établissements scientifiques (ESF) sont répartis en 4 secteurs (listés alphabétiquement).
Art

Documentation

Espace

Nature

Le Cinquantenaire (gw).

Diagnostic
- Asphyxie budgétaire :
    • Définancement récurrent depuis 2009 au minimum (voire 1996 pour certains).
    • Gel de la réserve stratégique depuis 2015.
    • Dotation générale : -18 % depuis 2015, augmentation de l’indice des prix de 17 % depuis 2009.
    • Dotation pour les dépenses communes : -22,5 %, augmentation de l’indice des prix de 17 % depuis 2009.

- Réduction des investissements.
- Réduction du personnel par non remplacement ou manque de budget.

    • Donc risque de plus en plus grand de perte de compétence nationale et internationale.
    • Toutes les catégories de personnel sont touchées.

- Non remplacement des outils scientifiques.

- Réduction de la recherche scientifique.

- Réduction de la participation à des projets scientifiques internationaux.

- Report sur les scientifiques d’une partie du travail administratif et technique (pour faire face à la réduction du personnel administratif et technique).

- Grande difficulté, voire impossibilité d’assurer la maintenance des bâtiments.

- Une certaine déconsidération de la part des responsables politiques.

- 7 directeurs ad interim sur 10.

L'Institut Royal du Patrimoine Artistique (gw).

Remèdes

Management
-        Nommer les directeurs généraux en titre et non ad interim.
o   Procédure de nomination pour les suivants établie sur la base de compétences et d’un projet.
-  Renoncer à la réduction annuelle de 2 % de la dotation générale.
- Dotation générale : revenir au niveau de 2009 et l’indexer.
- Dotation pour les dépenses communes : revenir au niveau de 2009 et l’indexer.
- Autonomie complète de gestion et :

    • Autonomie des fonds propres générés par l’activité.
    • Dégel de la réserve stratégique pour tous les ESF, en même temps.
    • Retour des subsides alloués par la Loterie Nationale, presque disparus depuis 2011.
    • Compensation budgétaire de la gratuité des musées.


Personnel
- Restauration du cadre d’emploi (statutaires et contractuels) au niveau de 2009 au minimum.
o   Autonomie du recrutement.


Bâtiments
-        Plan de maintenance des bâtiments.
o   Allocation d’un budget spécifique.
o   Autonomie des choix et de la programmation en lien étroit avec la Régie des Bâtiments.



Retour sur l’investissement

- Le coût est important c’est incontestable.

- L’apport économique est lui aussi indéniable.
- Il est important et démontré par de nombreuses études scientifiques.

- Apport sociétal tout aussi important.

- Les 10 ESF sont autant d'outils de diplomatie culturelle et scientifique.



Les institutions scientifiques n’ont pas ou peu d’espoir de rentabilité propre. MAIS : « Le retour sur l’investissement » se mesure à l’échelle économique locale, régionale et nationale.



Cela suppose évidemment une gestion entrepreneuriale contemporaine adaptée et donc des moyens. L’un ne va pas sans l’autre.



Changement du regard politique
Ne plus envisager les ESF comme un problème linguistique ou institutionnel.

Ils sont une chance fédérale, régionale, communautaire et locale dont chaque citoyen peut bénéficier quel que soit son lieu d’habitation et son rôle linguistique.

Réduire la négligence politique et la méconnaissance de la richesse de ces institutions (les meilleures du monde dans certains domaines).

Considérer ces dix institutions comme un outil de la diplomatie culturelle et scientifique de la Belgique (des régions et des communautés) à l’instar de ce que ont les autres pays occidentaux.

La nuit des musées au sens premier est tombée (gw).


Conclusion
Elaborer rapidement une vision stratégique d’avenir pour l’ensemble des 10 ESF.
Basée sur ce qui précède et sur un projet scientifique, culturel et de diffusion propre à chacune des institutions.

J’ai bien conscience des autres « priorités » : prisons, hôpitaux, routes, écoles, Justice, etc…

Mais il y a aussi archives, bibliothèques, Espace, IRPA, musées, sciences naturelles. C'est essentiel également.

Une société ne peut grandir sans racines et regards communs vers l'avenir et vers « l'autre » qui fait si peur.

Le secteur culturel apporte lui aussi sa contribution à l’édifice social commun, aussi bien en termes humains, qu’économiques et de façon annuellement récurrente.

Le bout du tunnel ? (gw).


Courts approfondissements sur le sujet (3 de mes articles)

La parabole des Tuileries
Quelques effets économiques positifs de l’investissement public de la Culture
David Castello-Lopes et Léonard Cohen - LeMonde.fr, 2012 (toujours vrai en 2019 et transposable partout).



Télécharger cet article en PDF.

* Modifications mineures le 25/06/2019 et e 26/06/2019 (rétablissement du lien PDF et ajout de la première phrase manquante du paragraphe "Management").



[1] Voir les plus récents : Guy Duplat, Sophie Wilmès au chevet de nos grands musées, Libre Belgique, 26 avril 2019 – Christian Du Brulle, La science belge au régime sec, Daily science, 24 mai 2019.
[2] Cette formulation définit mieux, à mon sens le périmètre de ce SPF que « Politique scientifique », mauvaise traduction, trop évocatrice des problèmes qui minent ce secteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire