vendredi 20 juillet 2018

Figures et figure de Corot # Episode 3



Style et technique
1827 - Aujourd'hui, nous nous flattons, nous nous regardons comme des génies supérieurs ; demain, nous rougissons de nos ouvrages, nous ne sommes capables de rien. 

1828 - Vous avez donc trouvé que je fais des progrès ; cela doit m'encourager ; aussi je vais bien m'appliquer à chercher encore dans ma dernière campagne. L'on a bien raison de dire que plus on avance, plus on trouve de difficultés. Il y a certaines parties de la peinture, comme je voudrais les traiter, qui me paraissent inattaquables » … « je fais des études dehors, je fais des costumes peints et dessinés, et puis quelques compositions, pendant que je suis encore dans le pays. 

1833 - C'est incroyable l'ouvrage que j'abattais n'étant influencé ni arrêté par aucun avis : ce [n'est pas] que je les repousse [mais] je me méfie de moi [...] Mais au moins ce sera mon ouvrage et non celui de vingt personnes. 

1849 - Et nous pourrons ensemble alors admirer quelques instants cette nature si bonne, puisqu'elle se présente belle et ravissante pour tout homme qui la cherche. Vive la conscience et la simplicité ! 

1849 - A mon avis le cadmium et l’antimoine sont des couleurs réputées bonnes solides. J’en ai toujours. J’en suis content pour la laque jaune. Je suis passionné pour cette couleur, seulement je pense qu’elle est plus favorable au glacis. La laque robert passe pour plus solide. 

1853 - Je pense que ce n'est pas tant le site que l'interprétation qui fait l'ouvrage. 
Les deux choses à mes yeux de la dernière importance, sont l’étude sévère du dessin et des valeurs. 

1859 - Je me permettrai de vous recommander la plus grande naïveté à l'étude. Et faites bien comme vous verrez. Confiance en vous est la devise : Conscience et confiance ... J'arrive d'un long séjour en Normandie et je repars en Suisse avec quelques compagnons. 
La méthode pour les objets dans l’ombre me paraît d’accord avec la nature. Pour la végétation, je préférerais que l’on employât de suite dans l’ébauche le bitume, au lieu de n’employer que le noir d’ivoire. Ebaucher le plus près du ton possible et revenir en glaçant avec de l’huile d’œillette clarifiée [sic]. Dessus ce glacis, peindre dans la pâte après avoir dessiné toutes les masses. 

Après mes excursions, j'invite la nature à venir passer quelques jours chez moi. J'y vois couler ruisseaux et rivières chargés de mille reflets du ciel et de la terre ; le soleil se couche et se lève chez moi. 

Je ferai un tableau avec cette étude; mais, à toute rigueur, je pourrais m'en passer. Lorsqu’un amateur désire la répétition d'un de mes paysages, il m'est facile de la lui donner sans revoir l'original. Je garde dans le cœur et dans les yeux la copie de tous mes ouvrages.


Episodes précédents 
1
2

Aucun commentaire:

Publier un commentaire